L'Hermione
 

L’Hermione est un navire de guerre français en service de 1779 à 1793. Elle est connue pour avoir conduit pour sa deuxième traversée le marquis de La Fayette aux États-Unis en 1780, lui permettant de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance.

L’Hermione est mise en chantier en 1778 à l'arsenal de Rochefort sur les plans d'Henri Chevillard, dit Chevillard Aîné. On est alors en pleine guerre d'indépendance américaine et les chantiers navals français, qui passent pour les meilleurs du monde, fonctionnent à plein régime. Le 20 septembre 1793, commandée par un équipage peu expérimenté, à peine sortie de l'estuaire de la Loire, la frégate sombre sur des rochers au large du Croisic.

 

Une réplique de l’Hermione de 1779 est construite à Rochefort à partir de 1997 et lancée en eaux salées le 7 septembre 2014.

L’Hermione avait quitté l’île d’Aix le 18 avril, en présence du président François Hollande. Même le président américain, Barak Obama, y était allé de son message, souhaitant « bon vent » à l’équipage.

Ainsi adoubé comme symbole de l’amitié franco-américaine, le navire, dont la construction a duré dix-sept ans, prenait enfin la mer. Destination les côtes de l’Est américain, et notamment New York, où il a été l’invité d’honneur de la parade nautique organisée pour la fête nationale américaine, célébrant l’indépendance du pays, le 4 juillet 1776.

Au total, le périple transatlantique aura été marqué par dix-huit escales, la dernière à Saint-Pierre-et-Miquelon, avant un retour un peu mouvementé.

 

CONTRE LE TERRORRISME
 

Des millions de manifestants. A 19 heures, selon le décompte du Monde, près de trois millions de personnes avaient défilé tout au long de la journée dans les villes de province. A Paris, même si aucun décompte officiel n'a été communiqué, ils étaient près de deux millions à marcher en hommage aux victimes des attaques terroristes qui ont fait dix-sept morts entre mercredi et vendredi en région parisienne. Selon le ministère de l'intérieur, il s'agit d'un rassemblement « sans précédent ».

[...] Selon le décompte du Monde, ces manifestations ont rassemblé plus de 2,7 millions de personnes.
[...] Ce sont les familles et les proches des dix-sept victimes des attentats et des survivants qui ont défilé en tête du cortège.

Derrière eux, des centaines de milliers de personnes ont marché en brandissant des pancartes « Je suis Charlie », en chantant La Marseillaise ou en applaudissant les forces de police présentes.
 

Le Monde

LA GALETTE DES ROIS

 

Janvier est la période de l'année, où les Français dégustent la galette des rois.

 

On sait, dans l'imaginaire chrétien, que la galette des rois fait référence aux trois rois mages qui, guidés par une étoile (l'étoile du berger), se sont rendus à Bethléem, pour se recueillir devant la crèche où serait né Jésus, offrant à l'enfant de précieux présents. Mais on apprend vite, en se penchant sur la question, que l'Epiphanie (ou son équivalent) était déjà fêtée bien avant l'avènement de la religion chrétienne.

 

L'Epiphanie est le résultat d'une longue tradition remontant très loin avant la naissance de Jésus et résultant d'un mélange de traditions païennes et chrétiennes. A l'origine, il s'agissait dans l'antiquité de fêter le dieu Dionysos. Dieu de la vigne, du vin, mais aussi de la fête et des excès dans la mythologie grecque, Dionysos est intimement lié aux saisons et donc aux cycles de la végétation. La fête donnée en son honneur au milieu de l'hiver, et concomitante avec le solstice d'hiver, symboliserait sa résurrection, le retour de la lumière et donc la renaissance de cette végétation.

UNE NOUVELLE GROTTE DE LASCAUX ?

 

 

La commune de Dordogne envisage l'existence d'une autre cavité préhistorique qui aurait été obstruée par ses découvreurs dans les années 1960.

 

Ce n'est pour l'instant qu'une hypothèse. Il existerait une seconde grotte ornée (c'est-à-dire comportant des témoignages de l'art préhistorique) près de Lascaux. Selon le maire de la commune de Montignac en Dordogne, où se trouve «la chapelle Sixtine de la préhistoire», cette seconde cavité aurait été rebouchée par ceux qui l'ont découverte en 1962.

En août dernier, une septuagénaire, sur l'insistance de ses enfants, est venue raconter au maire comment son époux et son beau-frère, aujourd'hui décédés, avaient découvert un orifice donnant sur une cavité. Ils ont éclairé le trou de leur lampe torche et y ont vu des fresques. «Pour ne pas être embêtés», où se faire saisir le terrain, ils ont préféré reboucher la cavité a expliqué le maire. Cette découverte n'est jamais sortie de la famille en 51 ans.

© 2023 by HEAD OF THE CLASS. Proudly made by Wix.com